Intelligence

Êtes-vous intelligent ?

La réponse à cette question est oui, à l’évidence.

Si vous avez le moindre doute, alors lisez ce qui suit.

Comment savoir si l’on est intelligent ?

Ma question est inutile ! Votre intelligence sera ce que vous en ferez.

Si vous pensez que votre intelligence est limitée parce que des professionnels vous l’ont dit, pensez à cette phrase de Laurent Gounelle :

Ne laisse jamais personne te dire ce dont tu n’es pas capable.

Comment faire pour utiliser son intelligence ?

Il suffit d’accepter d’utiliser son intelligence et de l’appliquer à ce que l’on fait.

Faites vous confiance. Ce n’est qu’en vous faisant confiance que vous pourrez utiliser, puis muscler, votre intelligence.

Utiliser son intelligence, c’est choisir entre plusieurs options après les avoir étudiées.

 

Poulie à tisser Baoule
Poulie à tisser Baoule

Définissons le mot “intelligence”

Comment j’entends ce mot “Intelligence” ?

Pour moi, l’intelligence est la capacité de tisser des liens entre différentes choses.

  • Si le mot “chose” vous semble trop vague, remplacez-le par “objet conceptuel ou physique accessible à notre discernement”

J’aime entendre dans ce mot l’association des mots latins “inter” (entre) et “ligare” (lier, tisser).

Je sais cependant que l’origine réelle du mot intelligence est différente.

Étymologie et définition du mot intelligence

Suivant le wiktionary, intelligence est dérivé de intellĕgĕre (« discerner, saisir, comprendre »), composé du préfixe inter- (« entre ») et du verbe lĕgĕre (« cueillir, choisir, lire »). Étymologiquement, l’intelligence consiste à faire un choix, une sélection.

Le Larousse propose l’origine suivante : du latin intelligentia, de intelligere, connaître.

Le Littré propose un bel ensemble de citations et d’exemples autour de l’intelligence.

Ma relation avec l’intelligence

Comment est-ce que je perçois ma propre intelligence ?

Je ne m’en occupe pas : je l’applique chaque fois qu’il me semble en avoir besoin.

L’important est pour moi de discerner le moment ou je dois cesser d’agir par réflexe, et où je dois passer en mode réfléchi.

  • Est-ce que je me trompe souvent ? Oui !
  • Est-ce que je me trompe très souvent ? Oui parce que j’essaie beaucoup : je suis devenu curieux de tout.
  • Est-ce que mes échecs m’ennuient ? Non ! Ils font partie de mon chemin normal vers mes réussites.

La petite histoire

Il y a longtemps 4 psychologues, après des  tests, m’ont affirmé que je ne pourrai jamais dépasser le niveau 4ème. Je les ai crus.

  • J’ai aujourd’hui plusieurs diplômes, dont un master 2 (bac + 5)

Après avoir atteint le niveau Bac + 2, j’ai choisi d’aider des personnes qui vivaient ce que j’avais vécu :

  • Des personnes de mon entourage que j’accompagne dès que je repère qu’elles tentent de sortir la tête de l’eau
  • A travers une association, des personnes cassées que j’ai accompagnées sur le chemin de la reprise d’études
  • Quotidiennement dans mes formations qu’elles soient en développement personnel ou en bureautique (c’est efficace de croire en la capacité de réussite d’une personne qui n’y croit pas encore)

Par ailleurs, suite à deux conférences, j’ai pu rencontrer des psychologues atterrés s’étant rendu compte qu’ils avaient déjà, en toute bonne foi, appliqué ce verdict castrateur.